Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Une farine 100 % locale pour les boulangers corréziens

Une farine 100 % locale pour les boulangers corréziens

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Sous l’impulsion du minotier Pierre Mazeau, et avec l’appui d’un groupe d’agriculteurs et de boulangers corréziens, une farine 100 % locale et sans additif voit le jour.

L’initiative, née il y a un an, sous une forme expérimentale à petite échelle, prend de l’ampleur. Aujourd’hui, douze agriculteurs corréziens se lancent dans l’aventure de la diversification en blé panifiable sur 50 hectares à l’Ouest du département. Pour Pierre Mazeau, le gérant de la minoterie basée à Saint-Saud-la-Coussière (24), l’idée est d’intensifier ce partenariat en circuits courts : « Aujourd’hui, je fournis essentiellement des boulangeries, mais aussi des GMS et industrie. Je travaille avec des agriculteurs en Dordogne et en Corrèze qui ont un vrai savoir-faire. Il me semble incontournable d’en profiter. » Dans un contexte où les consommateurs sont soucieux de leur alimentation, où le local est de mise dans les assiettes, ce partenariat prometteur représente une fierté pour le meunier comme pour les boulangers partenaires, heureux de travailler une manière première locale et de qualité. Mais il s’agit aussi d’une aubaine pour les agriculteurs qui diversifient leur activité avec une production valorisée à sa juste valeur.

Un cahier des charges co-construit pour garantir une qualité optimale.
Un des pré-requis de la réussite du projet, c’est l’engagement des parties prenantes à tous les niveaux. Tous se sont mis d’accord autour d’un cahier des charges exigeant pour garantir un produit fini, avec une qualité supérieure et régulière, sans additif. Ils ont misé sur des semences de Rouge de Bordeaux et surtout d’Apache, une variété ancienne qui assure au pain une mie naturellement jaune, une hydratation facile et qui peut être re-semée par l’exploitant. Sa faculté à résister aux maladies facilitera la croissance de la plante pour une production optimale, sans régulateur de croissance et avec un usage des traitements extrêmement limité. Au regard du calendrier cultural, la pousse hivernale et printanière du blé ne nécessitera pas de dispositif d’irrigation particulier.
La Chambre d’agriculture de la Corrèze accompagnera les agriculteurs dans le suivi technique et agronomique des parcelles. Le sol sera fertilisé en priorité par les engrais produits sur la ferme, à partir d’un plan prévisionnel de fumure étudié au plus près des besoins des cultures. Un engagement agronomique fort valorisé par un prix d’achat fixé à partir du cours de référence du blé avec une plusvalue. Comme l’exige le calendrier agricole, le blé sera semé en ce début octobre. La récolte aura lieu en juillet prochain… Rendez-vous donc à l’automne prochain pour savourer du bon pain corrézien !

 

Contact : Bernard Delpy - 07 63 45 23 48