Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Le switchgrass, alternative crédible à la paille ?

Le switchgrass, alternative crédible à la paille ?

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Face aux aléas climatiques, une nouvelle culture fait parler d’elle... Rendez-vous le 5 août prochain en Dordogne et fin août dans l'Indre pour découvrir le switchgrass.

Historiquement, la paille a toujours été la base de la litière sur les exploitations Corréziennes. Aujourd’hui, face aux aléas climatiques, la réussite des cultures de céréales et leurs rendements en paille sont de plus en plus aléatoires. C’est également le cas pour les zones céréalières, ce qui provoque une volatilité des prix du marché de la paille.  

En conséquence, plusieurs alternatives sont testées sur le territoire : balle de riz, plaquette de bois, miscanthus, paillettes de chanvre…. Aujourd’hui, une nouvelle culture fait parler d’elle : le switchgrass.
Le switchgrass  (panicum virgatum) fait partie de la famille des panics et a été sélectionnée pour sa forte production de biomasse. Originaire d’Amérique du nord, son cycle végétatif est très similaire à celui du miscanthus, mais comparé à ce dernier, son coût en semences est moins élevé et l’implantation est plus souple. De plus, sa récolte peut s’effectuer en bottes ou ensilage sous forme de paille (février-mars) ou comme fourrage d’appoint (août-octobre).


Caractéristiques :
•    Graminées d’Amérique du Nord
•    Culture pérenne entre 10 et 15 ans
•    Supporte relativement bien tous les types de sol sauf les sols hydromorphes
•    Supporte mieux les sols séchant que le miscanthus
•    Le potentiel de rendement varie entre 5 et 15t de MS selon les variétés et le potentiel du sol
 

Cycle
Le switchgrass est semé au mois de mai avec un semoir à céréales lorsque le sol s’est réchauffé (minimum 15°C). La dose semée à l’hectare oscille entre 12-15kg avec un coût de semence allant de 40€ à 70€ le kg  (variable selon variétés). Le semis doit être réalisé dans un lit de semence fin à une profondeur environnant 1 cm. Avant le semis, il est important d’avoir un sol propre, privilégier un désherbage mécanique si nécessaire, peu de produits phytosanitaires sont homologués sur cette culture.
Il n’y a pas d’exploitation la 1ère année, l’objectif est de garantir une bonne installation de la plante. À partir de la 2ème année, une exploitation est possible en fonction du développement de la culture. La récolte se fait généralement courant mars quand la plante est complétement sénescente à environ 85% de matière sèche.
A partir de la 3ème année, le potentiel de la culture va entrer en routine.
Le switchgrass peut être utilisé comme biocombustible, carburant, biomatériaux ou litière. Une étude réalisée au Québec par l’université de Guelph montre de très bons résultats comme litière sur les vaches laitières. Dans cette expérimentation, le switchgrass apparaît comme une alternative égale voire supérieure à la paille.
 

Comment découvrir cette culture ?
Le mercredi 5 août vous est proposé une journée en Dordogne sur le thème du switchgrass et du miscanthus pour mieux apprécier ces cultures.
La chambre d’Agriculture de Corrèze, vous propose également une journée fin août dans le département de l’Indre-et-Loire pour découvrir plus spécifiquement le switchgrass. Lors de cette journée, nous visiterons plusieurs parcelles dont certaines qui font l’objet d’essais depuis 15 ans avec l’appui technique du semencier.
Si vous êtes intéressés pour participer à l’une de ces journées, n’hésitez-pas à contacter Maxime LEPEYTRE au 0763452300 ou Coralie SIRIEX au 0763452333.
 

 

Bibliographie
Fournier, F. (2018) « Switchgrass, Panicum virgatum » [PDF file]. Web 30 juin 2020.  https://www.seedenergies.fr/images/sampledata/documents/Fiche_Switchgrass_2018.pdf

Bergeron, R. (2018). « Le panic érigé est une solution de rechange durable pour la litière » [PDF file]. Le producteur de lait Québécois, p 39-40.
http://lait.org/fichiers/Revue/PLQ-2018-10/recherche.pdf

 

Actions financées dans le cadre GIEE